Le mourvèdre est probablement le cépage le plus passionnant de notre Languedoc. Seul, il peut donner des résultats qualitatifs assez extraordinaires. J’ai évoqué, hier, le Sang du Calvaire du Château de Cazeuneuve en Pic-Saint-Loup. Une cuvée beaucoup plus connue et qui touche parfois au sublime c’est la Valinière de Didier Barral, elle aussi composée de cet unique cépage. J’ai également un excellent souvenir d’une cuvée assez confidentielle produite par la Negly mais dont j’ai oublié le nom. Je ne l’ai dégustée qu’une fois mais j’en garde un très bon souvenir. Pour sortir du Languedoc, et sauf erreur de ma part, la cuvée Hommage du château de Beaucastel contient du mourvèdre en pourcentage très élevé. Même chose pour la cuvée «Réserve» du Clos du Caillou, toujours en Châteauneuf. Lequel mourvèdre entre pour 40%, au moins, dans l'assemblage de la célèbre "Grange des Pères".
Le mourvèdre est un cépage de vigneron, difficile, qu’il faut maîtriser. Je n’ai évidemment pas la science pour vous parler de ça. Par contre je suis tombé l’autre jour, par le biais du blog d’Emmanuel Delmas sur ce post sur  blog d’Hervé Bizeul un vigneron du Roussillon… Tiens ! Et puis pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour lancer un appel au peuple ? Si vous connaissez (hormis Bandol évidemment) des cuvées composées uniquement, ou quasi uniquement, de ce cépage disons que je suis très intéressé de les connaître.

Lien utile : IN VINO VERITAS