cairanne

Heureusement, Emmanuel m’a gentiment rappelé à l’ordre, sans quoi, et bien involontairement, j’aurais omis de participer à ce vendredi du vin, auquel Laurent Baraou m’a convié à me joindre. Voici donc la dégustation d’un vin de femme, croisé, un peu par hasard, et presque en désespoir de cause, au plus profond de ma cave. Comme quoi il ne faut jamais porter de jugement trop définitif à la dégustation d’un vin. J’avais envisagé un Peyre Rose. Franchement, je n’ai pas eu le temps de m’y pencher. Et ici la chaleur commence à me faire boire d’autres types de vins. Pour le prochain vendredi je m’y pencherai avec plus de rigueur. C’est Promis. Juré, craché !

Je n’avais que deux bouteilles de cette chose : un Cairanne 1998 de Corinne Couturier. J’avais ouvert la première, il doit y avoir deux ans. Ca ne m’avait pas emballé du tout. C’était ingrat, dur, sans trop de matière, déséquilibré. C’est donc sans grande conviction que je débouche la seconde. La surprise, bonne, n’en n’a été que plus agréable. Voila un très joli grenache, à maturité parfaite. Les arômes tertiaires naissants sont encore dominés par le fruit, des arômes de cerises à l’eau de vie. C’est gorgé de soleil et très équilibré. L’alcool n’a rien d’agressif. Superbe.